Posted on

Routine : Organisez vos enfants ou ils vous organiseront!

Fait vécu


6h45 : On monte avec les enfants. 
“ Allez, on se déshabille et on met les vêtements dans le panier.”
6h50 : Pendant que l’un est obnubilé par ses orteils qui, ma foi, semblent être apparus là ce soir, l’autre est affairé à trouver son toutou favori. 
Moi : “ Les enfants, on se prépare pour le bain, question de prendre le temps de lire l’histoire tranquillement…”
Personne ne bouge. 

Mon fils : “Maman, on peut écouter un petit bout de film?” 
Ma fille : “La reine des neiges!” 
Mon fils : “Maman, c’est ce soir qu’on dort dans votre chambre? (Les lundis : on dort tous ensemble. C’est aussi ce soir-là que l’on sait, Max et moi, qu’on se réveillera pockés à souhait le lendemain matin)
Moi : SOUPIR infini… “Non, c’est dans 3 dodos…Déshabillez-vous s’il-vous-plaît”

7h05 : 20 minutes plus tard, on entre finalement dans le bain. 

Ce scénario, vécu tellement de fois, m’a donné envie, tantôt de crier, tantôt de pleurer. Répéter sans cesse les mêmes consignes, m’impatienter, me sentir triste de perdre du temps de qualité avec eux, parce que je me suis fâchée.

La routine est sécurisante, le saviez-vous?

Avec le temps, et plus d’expérience dans ma vie de mère, j’ai compris une chose qui a tout changé. Plus on encadre les enfants, mieux ils se portent. 

Au début, j’étais sceptique, je l’avoue. 

Je sais bien qu’en théorie, l’encadrement des enfants est valorisé. Pourtant, au départ, je croyais que l’amour et la douceur d’une mère guérissaient tous les maux et résolvaient tous les problèmes. Je vous permets de rire, j’étais naïve, ça m’apparait évident.

Je me disais qu’en étant super structurés et régis par le temps à la garderie, c’était bien la dernière chose dont ils auraient besoin à la maison! Je voulais leur offrir calme et spontanéité… et les couvrir d’amour bien entendu.(bonhomme qui rit)

Et bien, j’avais (presque) tout faux!

Mes enfants (et les vôtres aussi!) avaient réellement besoin de routine et d’encadrement. 

Besoin.

Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Naître et grandir, MA ressource lorsqu’il est question du développement de l’enfant. Les routines du soir, par exemple, contribuent au meilleur endormissement chez les enfants. Ça semble simple, mais je me l’expliquais mal à l’époque. Pourquoi je ne pourrais pas endormir mes enfants d’une manière différente chaque soir? Qu’est-ce que ça pouvait bien changer, en-dehors d’être tout à fait divertissant?

Et bien, pour favoriser le sommeil des enfants, il faut que l’environnement interne autant que l’ambiance externe soient calmes et apaisants, S É C U R I S A N T S. Vous aurez beau mettre des lanternes tamisées, une musique douce, et les border avec toute la douceur du monde, si les enfants se sentent anxieux ou préoccupés, rien n’y fera! 

Encore une tranche de vie

Pendant une longue période de notre vie, Max et moi permettions à Maori, notre premier enfant, de dormir dans notre chambre une fois de temps en temps (souvent :o). Ces surprises arrivaient de manière non planifiée, ce qui avait d’ailleurs une connotation positive pour moi.

Qui n’aime pas une surprise quand elle se présente?  

Et bien, j’ai pu voir Mao être de plus en plus anxieux face au sommeil. Dès l’après-midi, il parlait du soir, du moment du coucher, me demandait où il dormirait le soir même. 

Ça n’a pas été long que j’ai compris : il vivait littéralement de l’anxiété, de l’insécurité, parce qu’il ne savait pas ce qui l’attendait. Ce moment supposé être privilégié ne l’était plus du tout! 

Aujourd’hui, d’ailleurs, on a transformé la chose en rituel : les lundis soirs, les enfants dorment avec nous. 

Pour ce qui est du dodo de Mao, on a fait preuve de patience (beaucoup de patience!). Après plusieurs mois, il a finalement appris à s’endormir seul, dans sa chambre, d’abord dans le lit de sa soeur, et maintenant carrément seul! Cet exploit est l’un de mes plus grands défis, transformé en l’une de mes plus grandes réussites!

La routine,
mon allié

Avoir une routine réduit le besoin de répéter les consignes. Ça, c’est clair. Il s’agit aussi d’une tactique toute indiquée pour minimiser les risques d’opposition face aux règles. Sachant ce qui les attend, les enfants ne tentent pas – ou tentent moins, soyons réalistes – de contourner la consigne. Jusqu’ici, on aime ça.
Planifier les temps libres

Finalement, il faut même planifier les moments de temps libre (méchant temps libre, vous me direz), sans quoi ces moments deviennent ponctués de désorganisation, de conflits et d’actions qui dénotent un manque évident d’attention. (J’ai une panoplie d’exemples disponibles sur référence, si vous en doutez ;)) 

C’est pendant la COVID, et à mes dépens, que j’ai compris tout ce dont je viens de vous parler. Rien de tel que six mois passés avec trois enfants, à temps plein, pour répondre à quelques questions concernant nos méthodes parentales. (haha!)

Notre routine quotidienne

Tout ça pour vous parler d’un outil qui a beaucoup contribué à faciliter notre vie de parents. Ayant maintenant acquis toutes ces nouvelles connaissances et prises de conscience, on a revu nos routines du matin, comme du soir. On les a mieux définies, et on s’est surtout promis de les respecter. Pour nous aider dans le concret, on s’est munis de tableaux de routines aimantés. Évidemment, chaque enfant a son tableau et sa série d’aimants. 

Je vous explique comment ça fonctionne pour nous. Durant la routine du matin et du soir, je choisis les aimants qui me conviennent et je les place dans l’espace des tâches à faire. Par exemple, on trouve des tâches telles que : brosser ses dents, laver ses mains, prendre le bain, manger son repas, ranger ses jouets, faire son lit, etc. Ensuite, je les présente aux enfants, pour qu’ils soient conscients de ce qui les attend. Comme je le mentionnais plus haut, si la routine est bien établie, la question ne se pose même plus. Dès qu’ils accomplissent l’une des tâches, ils viennent déplacer l’aimant correspondant de la case à faire, vers la case fait. Ils voient donc en temps réel l’avancement de la routine, et ce qu’il reste à faire.

Estime de soi et responsabilisation, mon chouchou

L’un des aspects les plus intéressants est que cet outil incite la participation de mes enfants dans leur routine; ça les responsabilise! Vous comprendrez tranquillement que ce mot – se responsabiliser – est mon favori d’entre tous. J’y ai recours « à toutes les sauces » comme dirait ma mère. (C’est d’ailleurs un peu sa faute) 

J’ai lu sur Naître et grandir que c’est la participation à leur routine qui permet aux enfants d’apprendre à prendre soin d’eux-mêmes. C’est un aspect que je souligne régulièrement, autant à mon fils de 5 ans qu’à ma fille de 3 ans. 

Chez nous, les enfants sont fiers et satisfaits d’aller déplacer leur pastille (l’aimant) dès qu’ils ont accompli une tâche. Le caractère visuel du processus semble les motiver à faire plus vite et à être plus autonomes dans leur routine.

Au-bas du tableau, chaque jour de la semaine est inscrit, avec trois bonhommes pour indiquer comment s’est déroulée chaque journée. C’est comme ça qu’on peut garder une vue d’ensemble sur la semaine dans son entièreté. Il est aussi possible d’inscrire un objectif de la semaine et une récompense associée, si la semaine a été positive. Le tableau de routine agit donc automatiquement comme un système de récompense, ce qui est super positif et stimulant!

Un petit bémol : prévenir la désorganisation

Au tout début, quand on a implanté les tableaux de routine, le tout s’est bien vite transformé en jeu. Les enfants voulaient changer les pastilles comme bon leur semblait, ils voulaient aussi toucher au tableau l’un de l’autre. Bref, après une journée, c’était devenu la pagaille. Encore là, l’événement a vite fait de me rappeler l’importance de structurer l’activité. J’ai pris mon fils et ma fille pour leur présenter les nouveaux tableaux. Je les ai laissés les apprivoiser, pour ensuite leur expliquer clairement ce que j’attendais d’eux jour après jour.

La routine, cette bête noire qui est en fait ce qu’il y a de mieux!

En somme, après 5 ans dans ma vie de maman, ce que je dirais à n’importe quel parent est que la routine est essentielle. Avec 3 enfants d’âges différents, la pertinence est d’autant plus évidente qu’avec un seul enfant à qui on peut dévouer l’entièreté de notre temps. Il n’en demeure pas moins que j’ai vu l’impact majeur sur le bien-être de mes enfants dès l’introduction de routines du matin et du soir bien établies, nommées, comprises et surtout, constantes. L’organisation du temps et des tâches, combinée à la participation des enfants  au sein même de leur routine, les sécurise, en plus de les responsabiliser et de tranquillement leur apprendre l’autonomie. Sur une note finale quétaine, la routine, j’adore ça.